Rechercher

Mais ils peuvent vraiment philosopher les enfants? Moi j'y arrive pas !!

Dernière mise à jour : 11 juil. 2019


<a href="https://fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/personnes">Personnes photo créé par freepik - fr.freepik.com</a>


"A ton avis, ils vont devenir plus intelligents que nous?

- Moi je crois qu'il discutent entre copains sur des sujets divers et variés, comme nous le faisons à la terrasse d'un café avec nos copains et quelques mg d'alcool dans le sang, exacerbant notre confiance en nous et décuplant nos capacités cognitives (illusion quand tu nous tiens ...)."


Illusion? Pas tant que ça! Peut-être que dans cet instant où tu te détends et prend le temps de relâcher la pression du quotidien, où tu cesses de penser à tes courses, ton job, le manque d'écoute de ton conjoint qui n'en fait qu'à sa tête, le bruit des petits petons qui éclatent tout dans la maison, en fait, tu libères un temps dans lequel tu t'autorises à laisser émerger des questions. Et c'est la première étape de la philosophie: se questionner!!!! Aristote parlait même d'étonnement!


Alors je caricature volontairement ce processus qui t'amène à te questionner parce que l'éthanol libère tes chacras. C'est un peu plus complexe que ça bien évidemment. En revanche, cet étonnement est à la portée de tous, lui qui permet à la philosophie d'émerger.

Socrate parlait de Maïeutique: la maïeutique c'est l'art d'accoucher les esprits. Selon Socrate, l'humain porte en lui le savoir, et par un travail de questionnement de nos opinions, on peut accéder à ce savoir. En gros, le but est de transformer des opinions en idées. C'est la théorie de la réminiscence (qui suppose l'âme immortelle, mais on ne va pas rentrer dans ce débat).


Alors non, les enfants ne vont pas accoucher de leur vérité interne, non on ne va pas aboutir à du relativisme. Mais que va-t-on faire alors?

On va utiliser le questionnement pour vérifier la cohérence de nos propos.

Je vous donne un exemple issu d'un atelier philo de niveau CM2:


Qu'est-ce qui est le plus important: l'humain ou la planète?