Rechercher
  • Nadia Thuilliers

L'écologie: Es-tu prêt à protéger la planète?

Dernière mise à jour : 7 juin



Le dilemme que j'ai inventé consiste à demander aux enfants de réfléchir à cette situation:

Je dois relier un point A à un point B. J'ai deux possibilités:

Construire une route qui respecte l'environnement et dont le trajet dure 2h, et construire une autoroute dans laquelle on va devoir abîmer le paysage mais qui dure 30 min?

Que choisissez-vous?

Réponses les plus fréquemment données:

  • 30min c'est plus court que 2h donc on émet moins de CO2

  • C'est pas sympa d'abîmer l'environnement, la nature c'est plus important qu'une route, il est préférable de la contourner.

  • On peut utiliser des voitures électriques comme ça on pollue moins.

Y a déjà des problèmes visibles à résoudre! QUESTIONS!

  • Si la nature est plus importante, pourquoi émettre plus de CO2 qui est le gaz à effet de serre qui participe de la disparition des espèces et la fragilisation de l'écosystème?

  • Combien ça coûte (en émission de CO2) de fabriquer une batterie de voiture électrique? Est-ce que c'est forcément la meilleure solution?

  • La route, y en a qu'une, des voitures électriques, au minimum quelques centaines.


Avec ça vous avez déjà de quoi vous amuser. Mais le mieux reste à venir:

Compléter la question et problématiser le dilemme

Si cette route relie un village perdu à un hôpital, que faites-vous?

On interroge ici ce qu'on appelle l'utilitarisme, qui consiste, pour le dire très simplement, à déterminer notre moral pour le bien du plus grand nombre ou pour l'intérêt particulier.

QUESTIONS!

Suis-je prêt à respecter l'environnement s'il s'agit de protéger une famille ou ma famille?


Dire que le plus important c'est de protéger la nature, implique de penser que nous faisons aussi partie de la nature.

  • Est-ce que l'humain est plus important que la nature?

  • Doit-on nous protéger d'elle au risque de l'abîmer?

Mais qu'est-ce que la nature? Pour beaucoup, la nature est composée des animaux et des végétaux. Il ne faut pas les tuer, c'est mal… et les moustiques alors? Il ne faut pas les tuer? Et les virus qui nous rendent malades, on ne doit pas les éradiquer?

Doit-on protéger la nature? Doit-on protéger la vie coûte que coûte?


C'est ensuite que la question qui suit va venir tester la congruence des enfants.

A quoi êtes-vous prêts à renoncer pour protéger la nature?

Dans mon expérience, j'ai eu des classes qui n'étaient pas prêter à acheter des vêtements recyclés, à se passer de consoles de jeux, à imaginer fabriquer son savon.

Est-ce que ça fait d'eux de mauvais futurs citoyens? Je ne le pense pas. Je pense qu'ils nous permettent de penser un problème très important en écologie: le renoncement.

Pourquoi est-ce si difficile de renoncer à notre confort? De renoncer à nos habitudes?


Je préfère analyser le problème de l'écologie sous cet angle de vue pour éviter tout greenwashing et mauvaise sensibilisation, qui viserait à faire croire aux enfants qu'ils vont changer le monde grâce aux énergies soit disant "vertes", ou en triant du plastique. Et c'est d'autant plus déculpabilisant aussi, car le changement climatique est un vrai challenge technique pour les humains qui ont appris à vivre des énergies fossiles, qui sont partout autour de nous.

Je garde à l'esprit qu'il est préférable de parler des problématiques du thème de l'écologie que de l'écologie en soi.


​Si tu aimes l'outil du dilemme moral, sache qu'il peut être difficile à animer. Faut pas se décourager c'est tout à fait normal puisqu'il offre des choix, des possibles. Il y a une méthode d'utilisation qui te permettra de l'animer de façon claire et d'en tirer partie à 100%. Pour découvrir ces méthodes et bien d'autres, tu trouveras des informations sur les formations que je propose ici: