Rechercher

3 Bonnes raisons de faire philosopher un enfant

Dernière mise à jour : 24 mars 2020




Je sais ça fait rêver: un vocabulaire précis et racoleur, une motivation intellectuelle défiant toute épreuve ... Mais pour la petite histoire Calvin est loin d'être un petit garçon qui apprécie de travailler derrière son bureau. A vrai dire, il déteste les légumes, préfère jouer et lire des BD. Mais pendant toutes ses bêtises d'enfants, il ne cesse de se questionner et de questionner la vie.


Donc non, votre enfant ne pas devenir un petit génie de l’écriture parce qu’il aura pratiqué des ateliers philosophie, enfin c’est possible, mais ce n'est pas le but premier.

Alors: effet de mode ou activité d’intérêt publique? Je propose trois raisons.



1/ Nous ne savons pas si nos enfants seront des adultes heureux


Il est un constat des plus tristes aujourd’hui à regarder en face: rien ne garantit à nos enfants que bien travailler à l’école ou faire des études leur permettra d’avoir une vie meilleure que la notre ou qu'il aura les outils nécessaires en main pour se construire une vie heureuse. Et aujourd’hui plus que jamais, on se rend compte que l'école n’aide en rien à apprendre aux enfants à se connaître et donc à vivre une vie en harmonie avec leurs valeurs.

En tant que parents nous ferons de notre mieux pour leur donner le meilleur de l’éducation, ou du moins tenter de lui donner confiance en lui. Mais il sera confronté à d’autres adultes (ses enseignants, d’autres enfants ou adolescents), et toutes ces rencontres vont forger chez nos enfants une perception du monde et de lui même que nous ne contrôlons pas, et que nous ne pouvons pas contrôler. C’est dans ce monde que notre enfant doit évoluer, et pour cela, il a besoin de développer par lui même les outils nécessaires pour s’y adapter.

En cela, la pratique de l’attention et de la philosophie pourra l’aider:


A/ Il apprendra à prendre du recul sur les choses. En effet la pratique de l’attention permet de recentrer son attention sur sa respiration et d’observer ce qu’il se passe dans son corps, sans jugement; de nombreuses expériences ont démontré les bienfaits de cette pratique ( prise de recul sur les évènements, gestion émotionnel, apaisement des tensions).

B/ Il comprendra que l’autre est différent et que cette différence est enrichissante. Oui, discuter avec quelqu’un d’autre que soi, et l’écouter véritablement, dans un cadre où on ne juge pas et où on ne se moque pas, permet de découvrir ses camarades et de s’intéresser à eux différemment. De mieux les comprendre.

Moi je pressens déjà les bienfaits que cela aura sur leurs relations dans la cour de récréation: plus de respect, moins de moquerie. Pourquoi? Parce que le petit Louis dont tout le monde se moquait avant, et ben en classe, il a dit des idées qui étaient vachement bien sur l’amitié. Bah j’ai plus envie de me moquer de lui. Les ateliers de philosophie permettent aux enfants de s’ouvrir aux autres, car quand on partage une idée, on partage une partie de son être. Et cela suscite le respect quand c’est fait dans la bienveillance.


Alors oui, je guéris une blessure personnelle en même temps: j’aurais adoré qu’on m’apprenne à me poser les questions: de quoi tu as besoin? Qu’est ce que c’est que le bonheur pour toi? L’amitié? La justice? Et de là à mener une vie congruente